Table d'orientation du site>>
plan du site en étoile

PASSEUR D'INFORMATIONS

Date heure
Energie, Structures, Espace, Climat, Réalisations, Calculs, Forum, Environnement, Poésie, Sciences ...

SCIENCES

Visualisation laser
Le 21.06.2020 Non ce n'est pas fini ... >>
Le 17.05.2020 Bilan pandémie >>
Quelques liens utiles :
 
La Recherche
S&V
Science (en anglais)
CSTB
IPGP

BIPM
Le 28.03.2020 Coronavirus évolution >>
Le 22.03.2020 Coronavirus >>
Le 19.03.2020 Coronavirus >>
Le 30.03.2018 Médecine préventive >>
Le 19.10.2017 Héliocentrisme >>
Le 19.03.2017 Trinity >>
Le 22.09.2016 Tous dopés ! >>
Le 13.02.2016 Un cadran solaire >>
Le 08.11.2015 Cosmologie >>
Le 24.09.2015 La dettte >>
Le 19.07.2015 Oui, des vaches >>
Le 14.05.2015 S&V mais 1950 >>
Le 07.04.2015 Médecine préventive >>
Le 03.04.2015 Médecine santé >>
Le 31.03.2015 Electro-sensibilité >>
Le 26.03.2015 Agriculture >>

Le 21.06.2020

Non, ce n'est pas fini ...
Bilan coronavirus au 21 juin 2020
Le virus circule encore, à bas bruit ...
Les dernières données datent du 20 juin 2020.

La courbe de l'évolution des cas confirmés montre que la pente est toujours positive.

Toutefois depuis mi-avril (J=60) cette pente diminue.
Bilan coronavirus ces derniers 45j au 21 juin 2020
Comme le montre le zoom ci-contre sur les 45 derniers jours la pente est quasi constante.

Un lissage linéaire affiche la droite y.
La pente de cette droite (la dérivée) vaut 519.

Sur cette période, il y a donc encore environ 520 cas avérés de Covid19 par jour ...
Pas de dramatisation, juste une réalité.

Il existe depuis l'origine un gradient de contamination qui part globalement d'un quart nord-est vers le reste de la France.
Ce gradient s'est plus ou moins perpétué (voir le dossier du  Monde, en particulier le tableau qui présente le nombre de personnes hospitalisées et décédées dans les hôpitaux des départements français).
Aube, Oise, Haut-Rhin, Vosges, Somme, Moselle, Seine St Denis, Marne sont les département où la mortalité de l'épidémie connait encore une évolution positive.

Peut-être que la libération des restrictions, depuis le 11 mai et plus encore depuis début juin, va de facto conduire à une dilution de la contamination, comme une eau qui se déverse sur une surface ...?

Pour l'instant ce n'est pas le cas. Les foyers (il y en a environ 200 à l'heure actuelle) sont identifiés, testés, circonscrits, mis en quarantaine, c'est un bon signe. Les 2 ou 3 semaines à venir nous dirons si nous arrivons encore à maitriser la situation.

Dans tous les cas il faudra vivre avec (en attendant un vaccin). Donc, sans autre solution, conservons les mesures de précaution : lavage des mains, masque, distance physique, etc.

Nous voyons ici et là quelques comportements irresponsables.
Responsabilité, civisme
pour les autres et pour soi.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, écoutez avec profit la leçon de clôture 'Les deux faces de la réponse immunitaire lors du Covid-19'  du Professeur A. Fischer du Collège de France ....

↑ Haut de page ↑

Le 17.05.2020

Bilan pandémie
L'origine des abscisses du graphique ci-joint est située au 17 février (J=1), identification des premiers cas (12).
Le confinement avait débuté le 16 mars (J=29).

Le 10 mai au soir (J=84) début du déconfinement progressif, la situation commence à se stabiliser.

Les décès dans les EHPAD ont été pris en compte à partir du 1er avril (J=45).

Les variations sur la courbe des cas confirmés sont dues à des corrections au jour le jour dans le décomptage (cas signalés avec retard).

Outre les sites des grands quotidiens nationaux (exemple Le Monde avec ses graphiques interactifs), la page d'accueil de ce site offre un suivi lisible et exhaustif de l'épidémie, avec consultation de l'historique. La carte de France jointe permet de connaitre en temps réel tous les chiffres par département (hospitalisations, réanimations, retour domicile, décès).
coronavirus : situation au 10 mai (cas confirmés et décès)
coronavirus : décès comparés entre 2020, 2019 et 2018
Comparaison intéressante que j'avais entamée ici, l'INSEE a remis à jour ses dernières données concernant la mortalité des 3 dernières années (2018, 2019 et 2020, valeurs cumulées) entre le 1er mars (J=1) et le 4 mai (J=65), toutes causes confondues (maladies, accidents de la route, vieillissement de la population, etc ...)

Des courbes avec la même pente signifient que le nombre de décès par unité de temps est équivalent, donc mortalité équivalente.

On peut noter qu'en 2018 la mortalité a été plus élevée qu'en 2019 : explication principale, cette anné-là une forte épidémie de grippe a sévi en France.
En 2020 le premier changement de pente apparait vers le 19 mars (J=19), le second à partir du 30 mars (J=30), phase très active de l'épidémie, pour revenir à une pente équivalente aux années précédentes vers le 24 avril (J=55) où la surmortalité disparait.

Il y a bien une corrélation entre décès dus uniquement au virus (courbe Coronavirus 2020) et ces variations de pente sur la courbe de mortalité totale en 2020.

Depuis le 1er mars jusqu'au 4 mai il y a eu 25201 décès officiels dus au coronavirus (aux incertitudes près liées à la non comptabilité des décès à domicile et aux manques de quelques données) et 133676 décès sur l'ensemble de la population, soit 108475 décès hors cause Covid19.
Pour cette même période il y avait eu 117018 décès en 2018 et 109265 décès en 2019 ...

Nous sommes donc sur des ordres de grandeur équivalents même s'il faudra que les épidémiologistes analysent ces chiffres attentivement (sous-mortalité liée à une faible circulation routière, sur-mortalité liée à une baisse de soin pour les autres pathologies, etc ...).

Notons aussi qu'il existe une grande disparité entre tranches d'âge et Régions : en particulier toute la façade ouest a été peu infectée, la réalité voulant que les principaux foyers du début de l'épidémie se soient trouvés dans le quart nord-est (Région parisienne incluse).
A posteriori on peut rester dubitatif sur ce confinement et ses conséquences : ce qui est certain c'est qu'il a évité une diffusion plus importante du virus et, de fait, un débordement du personnel hospitalier auxquel il faut rendre hommage.
Il est toujours facile de ré-écrire l'Histoire.

Je ne ferai pas plus de commentaires sur les polémiques entretenues pas les médias, les réseaux sociaux - qui n'ont de social que le nom (la plaie de notre époque) - certaines personnes en mal de gloire sur tous les traitements qu'il aurait fallu utiliser, ou pas : je ne suis pas médecin.
Laissons les hommes de science faire un état des lieux.
Aurait-on accepté 150 000 morts, ou plus ?
C'est ce que prévoyaient les simulations. J'en ai déjà parlé ici, et j'ai trouvé cette autre source. Il est extraordinaire que ces modélisations aient pu aider à la gestion de crise.
On ne pouvait pas confiner toute la population française pendant 15 jours avec interdiction de sortie, pourtant dans l'absolu seul moyen d'éteindre tous les foyers de contamination (encore que ...). 
Aujourd'hui nous en sommes à une semaine de déconfinement progressif.

J'imagine un modèle encore plus fin pour apréhender les foyers encore aléatoirement répartis sur le territoire et les flux d'échange entre eux : considérer la France, puis les Régions, puis les Départements comme une sorte de transition fractale (concept mathématique fascinant mis en avant par B. Mandelbrot que j'avais croisé à un séminaire organisé par IBM à la fin des années 1980).
Nous passons là d'un modèle 1D (temps) à un modèle 2D (temps, espace).

L'idée est de prendre en compte les échanges inter-départements qui existent de fait en quantifiant les types de transferts entre les 95 départements de la Métropole (hors Corse et TOM qui sont des clusters à part entière) : imaginons une matrice 95x95 dont chaque ligne, représentant un numéro de département, comporterait des 1 pour les départements frontaliers, ailleurs des 0.
Exemple :
  • ligne 33 (Gironde) : des 1 aux colonnes 17 (Charente-Maritime), 24 (Dordogne), 40 (Landes), 47 (Lot et Garonne)
  • ligne 29 (Finistère) : 1 aux colonnes 22 (Cotes d'Armor) et 56 (Morbihan)

Et traduire ces "1" par des flux, transfert de population entre le département d'indice j pondéré au prorata des populations des k départements adjacents.

Cette information permettrait de coupler au plus près de la réalité un ensemble de 95 modèles SIR ou SEIR départementaux !

Pure suggestion, pure spéculation et gros moyens de calcul !
Carte de France : régions et départements
Et pourtant je me mets parfois à penser comme le philosophe André Comte-Sponville....

La Suède (même constat pour les Pays-Bas) n'a pas fait de confinement formel mais a appliqué les mêmes mesures de sécurité (distance physique, lavage des mains, masques, ...) qu'en France et a pu compter sur le comportement responsable de ses concitoyens : avec 6,2 fois moins d'habitants que la France, elle comptait environ 2650 morts le 2 mai. Au prorata de la population le nombre de morts en France n'aurait pas du dépasser les 16500 décès. Dans la réalité il y en avait déjà 24700.... Etrange.
↑ Haut de page ↑

Le 28.03.2020

Coronavirus : évolution
Une analyse complémentaire : j'ai considéré les données officielles de cas avérés au fil des jours (sous-estimation certaine).

Date de départ : jour où ces chiffres ont commencé à évoluer, soit le 24 février avec 12 cas déclarés, J8 dans la comptabilité officielle.

Ensuite, pour chaque période [J8 à J8+N] j'ai estimé la meilleure courbe polynomiale (presque toujours du 4ième degré) passant par ces points.
N varie de 21 (correspond au début du confinement, J29 le 16 mars) à 33 (le 28 mars, J41).  
Toutes ces courbes (13 au total) sont fortement ascendantes du fait des relevés sur lesquelles elles s'appuient.

J'ai extrapolé le nombre de cas pour chaque période à J74, soit 45 jours après le début du confinement (// avec ce qui s'est passé en Chine) en vérifiant que l'extrapolation sur chaque polynome n'aboutissait pas à des singularités :
coronavirus : extrapolation à J74, 45j après début confinement
A J74 il n'y a pas convergence vers un nombre de cas en baisse, signe que le confinement n'a pas encore eu d'effet sur l'avancée de l'épidémie.
 
Ce qui parait cohérent avec l'évolution encore fortement croissante du nombre de cas.

Espérons que cet effet se verra bientôt....!

A suivre dans les semaines à venir.
Situation ce soir :
Ce site de l'INSEE montre l'évolution du nombre de décès (toutes causes confondues) sur le territoire français en le comparant aux années précédentes 2019 et 2018 ...

Au 16 mars 2020 il y a 26944 décès déclarés (contre respectivement 28593 et 32902 les années précédentes).
Il faut donc attendre un peu pour voir le réel impact de cette épidémie sur la mortalité générale.
Et rappelons-le : il y a plus 500 000 morts du paludisme par an dans le monde...
↑ Haut de page ↑

Le 22.03.2020

Coronavirus : précisions
Les informations sur la propagation du virus en Chine sont mal connues au début de l'épidémie, en particulier avant la mise en quarantaine (le 22 janvier).

Pour cette raison le tracé ci-contre démarre forfaitairement avec un seul cas déclaré (hypothèse de travail) au 1er janvier 2020.
Il est admis que la l'épidémie a démarré en décembre voire en novembre mais les données ne sont pas connues.

De plus la courbe montre une forte discontinuité au 13 février (J=44) : à cette date la Chine a mis en oeuvre une nouvelle méthode de comptage, plus proche de la réalité.
Ce qui signifie que toutes les données avant cette date doivent être sous-estimées ...
Evolution du nombre de cas avérés du coronavirus en Chine les 80 premiers jours
Données Le Monde
Quoiqu'il en soit nous pouvons en tirer quelques enseignements ...

A ce jour 22/03 la France est en confinement depuis 6 jours (16/03), soit 29 jours après le début de l'épidémie visible.

Faisons un parallèle a posteriori avec les informations chinoises : la stabilisation de la courbe arrive à J#67. Soit 45j après la mise en quarantaine.
Soit environ 1mois et demi. Et avec des mesures drastiques appliquées à une population 21 fois plus nombreuse qu'en France !

Nous devons prendre patience (30 avril ?) et peut-être durcir certaines mesures déjà contraignantes ...
Et puis prenons un peu de recul.
Nous surréagissons comme des nations riches que nous sommes, Europe, Etats-Unis, ...
Que va-t-il se passer en Afrique ? Quellle catastrophe inéluctable pour tous ces pays sous-équipés ?

↑ Haut de page ↑

Le 19.03.2020

Coronavirus : propagation
Je continue ici un suivi de l'épidémie du Coronavirus par une approche, qui pourra m'être reprochée, purement mathématiques. Certes.
Les premiers éléments que j'avais publiés dimanche 15/03 n'étaient pas très rassurants ....

La projection au 50ième jour (2 avril) de la courbe de tendance bâtie sur le nombre de cas confirmés entre le 17 février et le 14 mars, soit 27 jours, montrait que le nombre de cas pourrait atteindre les 100000.

Notons que l'extrapolation au 18 mars prédisait 9152 cas. Le chiffre réel a posteriori est de 9130 ... La prévision était légèrement pessimiste, tant mieux !
coronavirus : coube de tendance
Les données des 4 derniers jours, du 15 au 18 mars, permettent de construire une nouvelle courbe de tendance sur l'ensemble des 31 jours de données réelles :
En France le confinement est intervenu à partir du 16 mars, 29ième jour depuis le début du décompte des malades (premier jour le 17 février avec 12 cas avérés).

En Chine la quarantaine a été instituée dès le 22 janvier, alors qu'il y avait déjà 548 cas avérés.
En rapportant sur le même graphique :
  • la courbe pour la population chinoise pour les 30 premiers jours de l'épidémie à partir de la mise en quarantaine (20 février, 75077 cas)
  • la dernière courbe de tendance, construite sur les données disponibles jusqu'au 18 mars, pour la France prise à partir du jour de l'application du confinement (16 mars) jusqu'au 30ième jour suivant.

coronavirus comparaison Chine France
On voit clairement que la courbe de tendance extrapolée (donc virtuelle) pour la France diverge complètement de la courbe des cas réels pour la chine ....

D'où l'espoir dans les mesures de confinement prises par les autorités et qu'il faut suivre avec rigueur ...

Pour de plus amples informations voir le site du gouvernement, le site s'adressant plus particulièrement aux entreprises, le site de l'ordre des médecins, et tous les organes de presse ...
↑ Haut de page ↑

Le 30.03.2018

Médecine préventive
Une histoire, folle, qui concerne une personne très proche … 
Une histoire de scoliose. Dite idiopathique (sans cause connue).
Un sujet vieux comme le monde, pour lequel ce site présente une bonne synthèse.
 
L’histoire débute grâce, si l’on peut dire, à la médecine scolaire en classe de 6ième … 
Détection d’une scoliose naissante, avec ses conséquences : dispense de sport, Kiné, nuits dans une coquille en plâtre pendant la classe de 4ième, passage au corset orthopédique en plexiglas pendant la classe de 2nde, porté toute la journée. 

image corset pour traitement de la scoliose
Exemple de corset : celui-ci est un modèlé récent, mais tout à fait représentatif de ce qui se faisait à l'époque en plexiglas marron clair ...
A la fin de la classe de 1ère l’opération devient incontournable (courbure max # 80°).  

Fin mai 1967 (‘Whiter shade of pale’, Procol Harum) elle entre à l’hôpital Trousseau à Paris, plâtre séparé en 2 parties, puis mise en extension chaque jour un peu + pendant un mois (total ~10cm !).
Greffe arthrodèse dorsolombaire réalisée début juillet, ~40 points de suture ...
Même si les clichés de l'époque ne sont pas très nets, la gain obtenu sur la courbure est bien visible.
radio scoliose avant greffe
radio scoliose après greffe
Pour pérenniser le tout, nouveau plâtre plus léger de septembre jusqu'en mai 1968, puis nouveau (et dernier !) corset orthopédique de mai 1968 jusqu’en mai 1969… 

Pas toujours facile à vivre à cet âge et à cette époque où l’information au patient n’était pas vraiment la priorité (euphémisme) … 
Mais cette personne s’en est relativement bien sortie jusqu’à …. aujourd’hui.
Justement, qu'en est-il aujourd'hui ?
Deux images E.O.S. passées à 6 ans d'intervalle (2011-2017) montrent que 50 ans après la situation est encore relativement bien stabilisée.
Pourvu que cela dure ...
comparaison état scoliose entre 2011 et 2017
Mai 2011

~62°
Novembre 2017

~64°
Pourquoi en parler ? C’est la réponse aux personnes rencontrées au cours de la vie, privée et professionnelle, qui se sont parfois posées des questions mais qui n’ont jamais soupçonné ce qu’elle avait exactement ! 
 
Un constat : les connaissances ont évolué et tant mieux car je doute que ce ‘long parcours’ serait accepté par un adolescent d’aujourd’hui … 
Même si on peut rester sceptique sur les conséquences à long termes des solutions proposées.
Certes, chaque cas est un cas particulier.  
En effet, au-delà de 40°, la chirurgie, associant greffe et pose de tiges métalliques (voir exemple ci-dessous), voire implants évolutifs pendant la croissance, est souvent présentée aujourd’hui comme seule alternative alors que la correction par corset a fait d’énormes progrès aujourd’hui.  
exempl d'implantation de tuge sur une colonne vertébrale
Credit cliniquespinecor.ca
Certains commentaires sont très réservés sur le résultat et doutent de l'efficacité à long terme. Les chirurgiens mentent un peu par omission, un peu par manque de recul : la chirurgie pour les problèmes de scoliose affecte la vie entière du patient.

Un espoir : la recherche génétique. Découverte d'un gène incriminé, mais le problème est beaucoup plus complexe qu'il n'y parait.
Il faudra encore de nombreuses années de recherche .....
Ici une présentation exhaustive très intéressante faisant un bilan complet de la maladie et de ses traitements aujourd'hui ...
Morale de l'histoire : la médecine scolaire avait son utilité. Qu'en est-il aujourd'hui ?
↑ Haut de page ↑

Le 19.10.2017

Héliocentrisme
La revue L'Histoire présente un intéressant dossier sur Galilée dans son numéro d'octobre 2017.
Je laisse le lecteur passionné découvrir l'ensemble des articles : j'en retiens que les historiens des sciences présentent l'homme Galilée plutôt comme un artisan de génie.


C'est au début de XVII ième siècle, après quelques années passées à Padoue, que Galilée [1564-1642] étudie le mouvement des astres.


C'est à la même période qu'il inventera la lunette astronomique (voir ci-contre) qui lui permettra d'observer le relief de la lune, de découvrir 4 satellites de Jupiter (la planète, à ne pas confondre avec la personne qui s'est affublée de ce surnom en 2017), d'observer Mercure et Vénus etc ...


Cet instrument, qu'il a révolutionné, devient un extraordinaire outil scientifique avec un énorme potentiel.
lunette astronomique de Galilée
Musée de Physique et d'Histoire naturelle, Florence
le système héliocentrique de Copernic
C'est encore à la même période qu'il  finit par adhérer à la théorie de Copernic [1473-1543] de l'héliocentrisme (c'est la terre qui tourne autour du soleil), à l'époque peu diffusée, par opposition au géocentrisme (la terre est au centre de l'univers), en vigueur depuis Ptolémée (IIième siècle après JC) et plus conforme aux écrits décrivant la création du monde selon la Bible ...
Copernic hésita longtemps avant de publier sa théorie : son livre ne fut édité que l'année de sa mort.

A partir de ses observations Galilée va élaborer une nouvelle philosophie de la nature : le ciel n'est plus ce velour noir immuable, serti de diamants étincelants. C'est un espace mouvant, vivant, qui se régénère.
Tout cela va participer à la diffusion de la théorie de l'héliocentrisme qui restera longtemps contreversée.
Le télescope de Galilée fut acceptée, mais pas le nouveau ciel de Copernic.

Ses idées sont vite considérées comme dangereuses. D'où le procès. Qu'il est difficile de comprendre : pourquoi n'a-t-il pas été brûlé comme tant d'autres hérétiques ?
Galilée disposait de vrais soutiens au sein de l'Eglise mais le contexte sociétal (guerre, rébellion, Réforme) a joué contre lui. Incarnation de la science face à l'obscurantisme, il fut condamné par l'Inquisition. Il renia son oeuvre et finira ses jours dans sa résidence.

Galilée, comme Copernic, n'apportera jamais la preuve : c'est Kepler qui établit de façon empirique ses trois lois qui portent son nom et qui décrivent le mouvement des planètes.
Il faut savoir que même si la fin de l'interdiction de parution des ouvrages traitant de l'héliocentrisme est prononcée XVIII ième siècle par l'Eglise catholique, les thèses de Copernic rencontrent encore de vives résistances au XIXe siècle avant d'être complètement approuvées par Pie VII. Elles se répandent ensuite avec les nombreuses découvertes des sciences physiques.

Ce premier coup de canif à la cosmologie biblique se superpose à la nouvelle blessure apportée par la théorie de Darwin sur l'évolution, remettant en cause la chronologie et le scénario de l'origine de la vie et du monde. Dans ce cas l'Eglise catholique s'est contentée d'une réprobation sans condamnation pour évoluer vers un ralliement conditionnel et devenir une hypothèse envisageable pour Pie XII, plus qu'une hypothèse pour Jean-Paul II ...
Cette modération peut être attribuée d'une part au syndrome Galilée qui a divisé l'Eglise, d'autre part aux courants favorables à ces découvertes.


Concernant Galilée, en1992 Jean Paul II reconnaissait, de manière un peu alambiquée, les manquements du Saint-Siège .... Soit 3 siècles et demi après son procès !
Demeure la dualité Science/Théologie.
Il est intéressant de comparer l'interprétation de la mécanique céleste de l'Eglise catholique à celle de l'islam et et de voir comment elle a évolué au cours du temps.

Comme l'a écrit la professeur et ancienne secrétaire d'Etat du gouvernement tunisien Faouzia Charfi, nous sommes ici dans un paradoxe complet.

En effet la révolution scientifique en Europe est arrivée bien après le rayonnement intellectuel du monde musulman, en particulier en astronomie. Dès l'an mil, l'astronome (et physicien et philosophe) persan Al-Biruni est connu pour sa théorie sur la rotation de la Terre autour de son axe et autour du Soleil (héliocentrisme), donc ceci bien avant Copernic.

Et la mise en doute du système de Ptolémée réapparait à la fin du moyen âge en Andalousie et en Iran.
Malgré tout, le modèle héliocentrique restera globalement ignoré dans le monde musulman jusqu'à la fin du XIX ième siècle.
Juste un petit réveil au moment du passage de Bonaparte en Egypte qui conduira un diplomé de l'Université du Caire à Paris à s'approprier le sujet, sans suite.
Les sciences rationnelles resteront à la porte de l'Université ... Juste une petite intégration de ces sciences pendant le XIX ième siècle dans certaines institutions.

Mais le clivage entre tradition et modernité s'accentue au début du XXième avec la montée de l'islam politique : les Frères musulmans, qui n'admettent pas la séparation entre Eglise et Sciences, refusent même le patrimoine culturel de l'Humanité et l'islam wahhabite qui impose une vision ultra-rigoriste, archaïque pourrait-on dire ...
statue du savant persan Al-Biruni
Al-Burini Pavillon des érudits, Vienne
Par définition tout est compris dans le Coran : il suffit  de l'interpréter ... à sa manière !
Aucun accord n'est possible tant que les vérités scientifiques ne pourront pas s'imposer indépendamment du religieux.
C'est ici que nous pouvons parler d'incohérence totale : les mêmes utilisent sans souci les logiciels up-to-date dans la détermination des heures de prière via des horloges électroniques ou des téléphones portables !
Logiciels qui utilisent les lois de la mécanique céleste, voire de la relativité (restreinte et générale) dans leur GPS ...

Par contre, pour le calendrier islamique construit sur les phases de la lune, pas d'aide des logiciels : les autorités religieuses rigoristes s'y opposent, les croyants formant une communauté non instruite qui ne sait lire ni écrire ni calculer (!!)...D'où aussi les incertitudes.


Dans la même veine, cette professeur a dénoncé en début d'année le scandale d'un sujet de thèse ahurissant d'une 'doctorante' de l'Université de Sfax, je vous laisse découvrir
Bien évidemment l'intéressée y a opposé la liberté de penser !!
circuit électronique
Ne jetons pas la pierre les premiers, nous avons le même type de comportement, pas toujours pour les mêmes raisons, dans nos sociétés occidentales, j'en ai déjà parlé ... 

La bêtise n'a pas de limite.
L'obscurantisme progresse ... qui induit la violence. Il faut être vigilant.

André BRAHIC, avait mille fois raison: "La Science est un moyen de lutter contre la violence, laquelle n’est pas la fille de la pauvreté, mais de l’inculture"

C'est aussi la principale raison pour laquelle je me méfie, c'est un euphémisme, des réseaux sociaux, qui propagent, à la (vraie) vitesse de la lumière pour le coup, toutes sortes d'âneries.
↑ Haut de page ↑

Le 19.03.2017

Trinity
Position du site de l'explosion de la bombe trinity sur le territoire américain
En juillet 1945 l'armée américaine réalisait l'essai nucléaire 'Trinity' [projet Manhattan] en plein désert du Nouveau Mexique.

On en connait la suite ...
En 1953, la Commission de l'énergie atomique organisa un nettoyage du site de l'essai et une grande partie de la trinitite fut retirée et enterrée.

Le site, classé National Historic Landmark, est ouvert au public lors de quelques visites organisées.

Soixante-dix ans après l'essai, la radioactivité résiduelle est encore environ dix fois supérieure au rayonnement naturel.
La dose reçue durant une visite d'une heure correspond ainsi à la moitié de la dose journalière moyenne d'un adulte. 

Les plus fortes retombées en dehors de la zone interdite furent enregistrées à une cinquantaine de kilomètres du lieu de l'essai ....
Photo du site après l'explosion de la bombe atomique Trinity en 1945 au Nouveau Mexique
Vue actuelle du Site de l'explosion de la bombe atomique Trinity au Nouveau Mexique
Aujourd'hui les doses mortelles de radioactivité ont bien disparu mais le sable du désert conserve la mémoire de l'évènement : lors de l'explosion la température a atteint 8000°C à l'épicentre, le sable a été vitrifié (et nommé trinitite).
Plus on se rapproche du centre, plus la trinitite est pauvre en éléments volatils et riche en éléments lourds.

Des chercheurs ont eu l’idée d’étudier ces trinitites pour élucider le mystère de la formation de la Lune. Car ces données expérimentales sont impossibles à reproduire en laboratoire.

Les basaltes lunaires sont semblables aux basaltes terrestres, à un détail près : les échantillons ramenés par les missions Apollo ont montré un appauvrissement en isotope léger (zinc en particulier).
D'après les chercheurs, "c’était complètement nouveau et ne pouvait s’expliquer que par un phénomène d’évaporation"

En analysant la composition de trinitites à différentes distance du centre de l’explosion, les chercheurs ont trouvé une analogie dans les rapports  entre isotopes avec les roches lunaires.

CQFD : "On avait devant les yeux un argument de plus que la particularité chimique de la Lune était due à un impact géant ..."
Ce résultat conforte donc la théorie la plus répandue pour expliquer la formation de notre satellite.
↑ Haut de page ↑

Le 22.09.2016

Tous dopés (ou presque) !
La passion pour les JO s'est éteinte aussi vite que la flamme ...

Dommage pour les jeux paralympiques, que la presse a beaucoup délaissés.
Quoique je viens de lire que même là certains handicapés ont des pratiques de dopage que le commun des mortels ne pourrait soupçonner ...

La formule de R. Dély dans Marianne me va bien : qui peut-croire encore à l'idéal olympique avec un organisme aussi opaque, le CIO,  instance hybride à mi-chemin du Vatican pour l'opacité et de la Mafia pour l'amour du tiroir-caisse, pour gérer ce magot que représente les JO !


Vaste sujet : qu'en est-il du dopage dans le sport?
Initialement, je voulais analyser le sujet 'sport' dans sa globalité en comparant chaque sport, chaque discipline.
Le tableau ci-contre (voir ici pour plus détails) montre que la tache est immense ...

Le dopage : il est en question depuis plus de 20 ans, l'AMA fait ce qu'elle peut. 

Plutôt que me perdre dans les circonvolutions des différentes disciplines et leurs nombreuses déclinaisons, j'ai choisi un cas particulier, emblématique de la question : la course du 100m.
Je m'en tiens même à la course homme (pas de misogynie de ma part, je suis allé au plus simple).
pictogrammes des disciplines olympiques d'été
Mon analyse résulte d'un constat : comme toute machine thermique (celle-ci étant particulièrment complexe) nous pouvons imaginer que le rendement du corps humain a une limite à partir de laquelle,quelque soit les apports ou améliorations qui y seraient fait, la performance stagne pour suivre une asymptote très lointaine.

J'ai vu que des professionnels de l'entrainement se sont penchés très sérieusement sur la question, exemples non exhaustifs en cyclisme, pour la course à pied ici, parfois de manière très théorique, même pour le cas qui m'intéresse. 
On y parle d'aérodynamique, de biologie, d'anthropologie, de lipides et de protides, de performances, d'EPO, de dopage ....

Nous sommes un peu loin du sport ? Plutôt de performances, comme une machine.
Usain BOLT
Credit www.olympic.org 
Je me suis intéressé à l'évolution des temps sur le 100m en sélectionnant les premiers franchissements par 1/10 de seconde gagné (source wikipedia.org, pas trop erronée j'espère).


Certains spécialistes de la physiologie du corps humain placent la barre de la vitesse maximale atteinte par l'être humain à 12m/s (~43km/h).
Nous parlons bien de vitesse maximale : dans l'absolu, abstraction faite des phases d'accélération et de décélération, cela correspondrait à un temps de 8,33s !!
Bien évidemment irréaliste.

Toutefois, les entrainements devenant tellement spécialisés (métabolisme, respiration, optimisation de la masse musculaire et que sais-je encore), adaptés à chaque athlète, qu'il semblerait qu'il existe encore des marges pour grapiller quelques centièmes ...?

Dans tout cela, où est la frontière entre facultés physiques et dopage ?

tableau performances depuis un siècle sur le 100m
Le tracé de l'évolution des temps (carrés bleus) réalisés sur 100m depuis un siècle est très intéressant.
La courbe en noire, courbe obtenue par un lissage logarithmique, est la courbe qui lisse au mieux les quelques points disponibles (elle est extrapolée pour la décennie à venir). Mais difficile d'imaginer l'asymptote !

Cette courbe souligne plusieurs discontinuités sur les données 'expérimentales' :
- pour 1956, on peut imaginer qu'll s'agit des conséquences de l'après guerre,avec une reprise de la pratique sportive perturbée pendant une bonne décennie par les conflits (entrainement et sportifs eux-mêmes)
- la performance de 1991 (9,86s) semble en retrait d'une tendance amorcée en 1956, sauf si on fait abstraction des données antérieures à 1950 ...
- le cas Usain BOLT est plus étrange. Il y a là une vraie discontinuité. Même en admettant que le suivi extrèmement poussé des sportifs ait fortement évolué en 2 décennies, au moins le dernier temps parait hors norme, du moins hors d'une progression ....
courbe évoltion des performances sur le 100m depuis un siècle
Je le reconnais, cette petite analyse ne prend pas en compte :
- le fait que la précision des moyens de mesure a du s'améliorer depuis un siècle,
- les incertitudes intrinsèques à la performance puisque des corrections sont réalisées en fonction des conditions atmosphériques (vent).

Mais de vraies questions restent en suspend.
BOLT a failli être privé des jeux de RIO ...

Contrairement à ce que dit l'athlète dans sa communication personnelle ('les contrôles dont je fais l'objet : vous seriez surpris d'en connaitre le nombre ...') , il est reconnu que la Jamaique est très laxiste en termes de lutte contre le dopage : 106 controles en 2012 contre + de 4000 aux USA, + de 8000 en Allemagne, + de 10000 en Chine, + de 15000 en Russie, alors que la Jamaique brille sur tous les podiums du monde !

Il faut noter que son dernier temps à RIO (9,81s) se situe entre celui ... de C. Lewis (1991) et de M. Greene (1999).
Performance de 2009 plus jamais réalisée.
Ceci explique peut être cela ...

Problème de pouvoir : l'AMA n'a pas les moyens de prononcer seule une exclusion, seuls .... le CIO ou l'IAAF peuvent prendre des sanctions !

Je pourrais égrèner toute une liste de sports, de pays .... 

Quant à moi, je continue ma piscine hebdomadaire (# 100km/an, tranquille) avec mon produit dopant ... ma bouteille d'eau !
↑ Haut de page ↑

Le 13.02.2016

Un cadran solaire
page accueil du site de F. Blateyron
A voir : le site de François BLATEYRON qui a développé et enrichi au cours du temps un logiciel (shadows) permettant de réaliser un cadran solaire dans les règles de l'art.

Ce logiciel est gratuit dans sa version de base, peu onéreux dans ses versions plus élaborées (expert et pro).


Approche scientifique rigoureuse.


Vous saurez tout des cadrans incliné-déclinant, analemmatiques et cylindriques ...
Crédit F. Blateyron
intégration virtuelle d'un cadran solaire sur une façade de maison
J'ai en projet depuis plusieurs années (!) de réaliser un tel cadran sur ma façade verticale orientée sud 9° est : le temps viendra ...


L'idée est de faire une implantation à grande échelle (~2m).

Le logiciel donne toutes les informations utiles pour le tracé.


Cela pourrait donner quelque chose comme cela (image réalisée avec Google SketchUp version gratuite)
.
↑ Haut de page ↑

Le 08.11.2015

Cosmologie
Pourquoi parler de cosmologie ici ? Pourquoi + ici qu’à la rubrique Espace : nous sommes entre les deux et aussi proche du sidéral que du sidérant. 

La cosmologie cherche à appréhender l'Univers d'un point de vue scientifique, comme l'ensemble de la matière distribuée dans le temps et dans l'espace.
[La théorie de la formation de l'Univers qui s’appuie sur des bases philosophiques ou religieuses s’appelle quant à elle la cosmogonie].

Vaste Entreprise. L’adage ‘l’infini c’est loin, surtout vers le bout’ prend tout son sens … 
le cosmos ...
C’est la première chose que les hommes ont appris à contempler : le ciel étoilé, qui s’impose à lui. 
Cette observation, qui a duré des dizaines, des centaines de millénaires, lui a permis d’en appréhender patiemment les tenants et les aboutissants, pour ébaucher finalement les théories les plus actuelles (relativité, expansion, matière noire, …).  
 
Je feuilletais un ‘Que sais-je’ de 1955 : L’UNIVERS par P. Couderc, ouvrage de référence. Que de progrès en 60 ans malgré des interrogations toujours aussi nombreuses. 
Je ne parlerai pas ici des méthodes photométriques qui ont permis, à partir de leur éclat, de déterminer les distances des astres. 

Mais comment identifier leur déplacement ? Une petite parenthèse s’impose. 
Les astronomes utilisent le phénomène du décalage des raies du spectre, plus connu sous le nom d’effet Doppler-Fizeau, du nom de ses découvreurs. (C’est le même effet ressenti par l’oreille humaine dans le domaine des ondes sonores quand, par exemple, la sirène des pompiers se rapproche ou s’éloigne de vous). 

Intéressons nous à la vitesse radiale Vr d’un astre. Par rapport à un observateur, les étoiles se déplacent « dans l’espace » sur une trajectoire indéfinie.  
La vitesse radiale Vr de l’astre est la projection de son vecteur vitesse V sur la ligne de visée OE : c’est l’étude du spectre de cet astre qui permet d’obtenir la vitesse radiale absolue. 
Si l’astre s’approche, les raies du spectre sont décalées vers le violet, s’il s’éloigne le décalage a lieu vers le rouge
Le décalage Δλ d’une raie de longueur d’onde λ est tel que : 
Δλ/λ = Vr/c (c vitesse de la lumière), vrai ∀λ.

schéma vitesse radiale étoile-observateur
 
Je ne m’étendrai pas plus sur la notion de raies du spectre d’un corps.  
Simple rappel, tout corps chaud émet un rayonnement (loi de Planck) qui se répartit sur l’ensemble du spectre des longueurs d’onde. Plus le corps est chaud, plus le maximum de l’énergie émise glisse vers le violet, voire vers des longueurs d’onde plus courtes.  
La spécificité de ce spectre est sa continuité : ainsi la décomposition de la lumière blanche du soleil à l’aide d’un prisme fait apparaitre une succession ininterrompue de couleurs. 

Par opposition, un gaz, à basse pression et à température élevée, émet une lumière constituée d'un nombre restreint de radiations.
Le spectre de la lumière émise est constitué de raies fines très intenses (je passe sur les mécanismes en jeu).
Les couleurs et les positions des raies dans le spectre sont caractéristiques des atomes du gaz qui émettent ces radiations.  
Exemple la raie Hβ de l’hydrogène est située à 4851,35 A dans le spectre de référence (tube à hydrogène). 
raies de l'hydrogène
Donc de l'analyse spectrale du rayonnement des étoiles, les astronomes peuvent dire si l'objet s'éloigne ou se rapproche de l'observateur.
Autre propriété de ce décalage de raies : il est en outre proportionnel à l'éloignement de la galaxie considérée (!).
Plus elle est loin , plus elle nous fuit.
Pour caractériser ce phénomène plus complexe qu'il n'y parait, les astronomes parlent de vitesse de récession.

Depuis des décennies les astronomes constatent un 'rougissement' de la lumière issue des galaxies ....
Cet éloignement implique donc une expansion de l'univers.

Si tant est qu'il est possible de s'en faire une image : prenons un ballon de baudruche à peine gonflé, marquons au feutre quelques points au hasard. Gonflons maintenant ce ballon à son maximum : vu d'un point, tous les autres se sont éloignés, vu de l'ensemble tous se sont éloignés les uns des autres.
ballon de baudruche
Credits Olevents.fr
Pour imager cet infiniment grand, le champ profond extrême photographié en 2004 par Hubble.
espace profond Hubble 2004
Credit NASA
Le même en 2012 (après remplacement de la caméra d'Hubble): sur cette photo, plus de 5000 galaxies nous contemplent. 

L’image correspond à un champ (angle solide Ω) plus étroit que celui de la pleine lune ( α # 0,5°).  
Ω = 2.π.(1-cos α/2)  
Ω # 6.10-5 sr (sr : stéradian) 

Rapporté à la sphère céleste (4.π sr) c’est moins de 5. 10-6 de l’univers observable dans toutes les directions … En considérant en première approximation un cosmos isotrope dans toutes les directions, on peut extrapoler à + d’un milliard le nombre de galaxies dans notre univers (du moins celui perçu avec les moyens d’observation d’aujourd’hui) !  
 
Le champ dévoilé par Hubble est si petit que seules sont visibles au premier plan quelques étoiles de notre Galaxie, alors qu’elles se comptent par milliards. 
Pour ne pas effaré le lecteur, nous ne dirons rien sur le nombre d’étoiles … dans l’univers ! 
espace profond Hubble 2012
Credit NASA
Les limites de l'Univers observable correspondent au lieu le plus lointain de l'Univers pour lesquelles la lumière a mis moins de 13,8 milliards d'années à parvenir à l'observateur, ce qui le place immanquablement au centre de son Univers observable.

La partie ‘visible’ de notre univers est donc une sphère de ~27,6 années lumière (2x13,8). C’est ce qu’on appelle l’horizon cosmologique.

Mais les scientifiques prennent en compte les tout premiers instants après la naissance de notre Univers, période de formidable inflation, et parlent d'une sphère de 90 milliards d'a.l. de diamètre centrée sur nous...

Il est cependant possible que l’Univers observable ne soit qu'une infime partie d’un Univers réel beaucoup plus grand. 
Nombreuses sont les énigmes qui planent aujourd’hui sur la composition de l’Univers.

A l’horizon 2020 est prévue la mission spatiale Euclid.
Son objectif sera de cartographier des milliards de galaxies. On déduira de leur image déformée la quantité de matière noire cisaillant les rayons lumineux. De leur distance les unes par rapport aux autres, on pourra dégager une mesure précise de l’expansion de la taille de l’Univers ...
Hubble arcs gravitaionnels
Le sujet est comme l'objet de cette discussion : vaste ...!.
J'y reviendrai
Credit NASA
↑ Haut de page ↑

Le 24.09.2015

La Dette ...
ARTE documentaire sur la dette
Un documentaire sur ARTE, diffusé plusieurs fois cette année, dont la dernière le 15/09/15.
Documentaire passionnant de L. DELESALLE sur la dette des états, notre dette ...

Le commentaire commence ainsi :
"Nous sommes tous endettés, vous, moi, les entreprises, les états. Aujourd'hui la grande machine de l'économie est motorisée. Nous vivons à crédit, nos maisons, nos voitures, nos écoles.
Les dépenses des états sont financés par les emprunts.
La dette est devenue le véritable carburant de l'économie et le moteur de la croissance mondiale ....
"

Je m'étais mis en tête de transcrire le texte du film, qui dure quand même un peu plus d'une heure.
J'ai réalisé que c'était impossible : je touche là aux droits d'auteur.
Dommage.
Le film éclaire les dessous de la crise actuelle.

Le programme est disponible en vidéo ou en DVD sur le site d'ARTE.

Plusieurs intervenants : anthropologue, député européen, et deux économistes, T. Piketty et B. Maris (assassiné le 7 janvier dans les locaux de Charlie Hebdo) auquel le film est dédié.

Je l'ai déjà écrit : la petite musique différente de B. Maris manque cruellement dans les discours convenus de beaucoup de chroniqueurs de toutes sortes ...
Crédit ARTE
↑ Haut de page ↑

Le 19.07.2015

Elevage
troupeau de vaches à viande en Corrèze
Pourquoi dans la rubrique 'Sciences' allez-vous dire ?

Pour parler d'une espèce en voie de disparition. Regardez dans la campagne française : rares sont les individus ayant encore leurs cornes.
Donc aussi pour rappeler aux enfants que les vaches .... ont des cornes ! Parfois très belles d'ailleurs.

J'abonde avec le courrier d'une lectrice de Télérama ("Je pollue, moi ?"), réagissant en tant que 'représentante du génie des prairies' qui faisait remarquer que ses congénaires étaient privées de leurs attributs uniquement ... pour éviter les blessures dans les espaces, dits étables (!), où elles sont entassées par dizaines (sans parler ce que elles mangent ...).
Ce serait donc une nécessité, par souci d'efficacité, disons-le d'ordre économique.

Le postulat largement partagé selon lequel une vache cornue est plus belle qu'une vache à la tête rase en a pris un coup !
L'esthétique pèse peu. Encore moins l'éthique.
Je rajouterai que pendant cette opération d'écornage, quelque soit l'âge de l'animal, la douleur est incontestable ...

Pour celles de la photo, pas de crainte : des hectares de prairie corrézienne en été, le foin récolté en hiver. CQFD.
Et pas d'anthropomorphisme bobo : elles sont au grand air, toute l'année.
une vache avec ses belles cornes
↑ Haut de page ↑

Le 14.05.2015

couverture S&V mai 1950
Couverture de la revue "Science et Vie" de mai 1950.


Une curiosité, et une chance, mon père était abonné à la revue.
Ici le sommaire et une page de publicité numérisés.

Dans les préoccupations de l'époque, des sujets encore bien d'actualité aujourd'hui :
- les avions de transport, civils ou militaires. Ainsi le prototype du SE-2010 "Armagnac" passé au banc de tests, en particulier l'étude des contraintes, avec des jauges du même nom, sous différentes configurations de charge.
- un zoom, c'est le cas de le dire, sur le microscope électronique, en plein perfectionnement.
- le début de l'utilisation des Infra-Rouge à des fins de recherches archéologiques. Nous n'avons rien inventé ...
- etc

Les pages de publicité ont un petit coté rétro, d'un monde disparu !

A noter la numérotation des pages en chronologie sur l'ensemble des n° de l'année (ici début à la page 279).

A l'occasion je numériserai l'ensemble de ce numéro, mois de ma naissance !!
↑ Haut de page ↑

Le 07.04.2015

Médecine préventive.

Le schéma à droite illustre une colonne vertébrale parfaitement normale.
Il n'en est pas toujours ainsi...

Une maladie, car c’en est une, dont on parle peu : la scoliose.

Cette anomalie de la colonne vertébrale est beaucoup plus courante qu'on le pense.
Nous ne parlons pas ici des petites anomalies (angulation < 10°), ou simple mal de dos.
Il s'agit des cas où l'angualtion peut varier de 20° à ... 90°, voire plus, avec toutes sortes de complications !

Les statistiques connues :
  • 4 % de la population présente une scoliose d'angulation supérieure à 10°
  • 0,4 % de la population présente une scoliose supérieure à 20° et peut justifier d'un traitement orthopédique conservateur
  • 0,2 % de la population présente une scoliose supérieure à 30°
  • 70 % des scolioses concerne les filles
La fréquence de la scoliose est multipliée par 10 lorsque l'un des parents au premier degré présente une scoliose. Et souvent d'origine inconnue (scoliose dite idiopathique).



Ce qui est fondamental : le dépistage dès le plus jeune âge (qui existait il y a 50 ans, beaucoup moins aujourd'hui, à de rares exceptions près).
Les cas bénins sont sans incidence sur la vie quotidienne mais les cas sévères peuvent être douloureux et limiter les activités normales et impacter lourdement la vie de tous les jours.

Pour les personnes concernées, de près ou de loin, je recommanderais d'aller voir le site du Centre Européen de la Colonne Vertébrale qui leurs apportera beaucoup d'informations.



Citons aussi le cas de cette association, quasiment unique en France :  Scoliose et Partage.
Cette association est là pour vous guider dans les démarches à effectuer, pour vous aider.
L'Association, qui se bat pour un dépistage obligatoire et précoce, a élaboré une brochure de dépistage afin d'apprendre aux parents comment regarder eux-mêmes le dos de leurs enfants.

Cette brochure a été validée par la Société Française de Chirurgien Orthopédique et Traumatologique ainsi que par le ministère de la santé en 2008.

Le forum du site permet aussi d'échanger ...







Il est de plus en plus probable que cette maladie, d'origine génétique, pourra, dans les décennies à venir, être soignée à la source. Des équipes franco-canadiennes en ont isolé certains gènes.
Plein d'espoir donc !
la colonne vertébrale
NETTER Atlas d'Anatomie Humaine
Affiche Association Scoliose et Partage
↑ Haut de page ↑

Le 03.04.2015

Médecine santé

De nombreux articles paraissent régulièrement dans la presse, spécialisée ou non, pour parler des médecines alternatives. 
Quelles pratiques sous cette dénomination ?
Homéopathie, acupuncture, ostéopathie, phytothérapie, etc …, pratiques auxquelles recourent, à défaut de guérir par la médecine classique, de plus en plus de patients. 
Dans ce domaine aussi, la science est souvent en décalage avec le grand public.
 
Prenons le cas de l’homéopathie
Rappelons en l’origine : c’est le médecin allemand S. Hahnemann qui eut l’idée de diluer des substances naturelles pour, disait-il, en augmenter la puissance thérapeutique, le fait de les secouer énergiquement améliorant encore leur efficacité.  
Ces substances naturelles, parfois toxiques, sont diluées à des facteurs tels que la substance résiduelle devient incommensurable.
 
Ainsi le remède à 9CH signifie que le produit de base a été dilué 9 fois d’un facteur 100 à chaque fois, soit un taux de dilution de 100-9 soit encore 10-18.
A ce stade la probabilité de trouver une molécule du remède autre que de l’eau est quasi nulle … 
L’autre argument avancé est la mémoire de l’eau : elle garderait la mémoire du principe actif. Or les physiciens savent que les liaisons atomiques entre molécules d’eau ont des durées particulièrement courtes. De plus le médicament vendu ne contient pratiquement pas d’eau et plutôt des excipients. 
Ainsi, d’un point de vue purement physique, l’effet lié au médicament homéopathique parait improbable. 
tube d'homéopathie
Et pourtant une partie des patients se sent mieux, voire guérie après traitement, certaines études concluant à l’efficacité mieux qu’un placebo. 
Une étude d’envergure, la première du genre, menée en aout 2014 par le ministère de la santé australien, reprenant aussi l’ensemble des études antérieures, conclut à la «non démonstration de l’efficacité du traitement homéopathique quelque soit l’indication clinique … ». 
 
En fait l’homéopathie s’avèrerait … un très efficace placebo. Des études en ont montré l’efficacité par rapport à une absence de traitement. 
Rappelons en le principe (site de sante-medecine.commentcamarche.net) : 

On appelle « placebo » une substance pharmacologiquement inactive, délivrée dans un cadre clinique. Pour tester un médicament lors d'un essai, une partie des patients se voit administrer la vraie molécule active, une autre partie un placebo (simple mélange d'eau et de sucre par exemple).  
 L'administration d'un placebo ne donne en théorie aucun résultat. Or, dans la plupart des tests cliniques, médecins et chercheurs constatent un écart important entre l'effet nul attendu et l'effet thérapeutique réel.  
 Des patients guérissent plus rapidement... bien qu'ils aient avalé ou se soient vus injecter une substance inerte ! 

 
A la limite, ce simple résultat pourrait en justifier l’utilisation. 
Car tout médicament conventionnel produit un effet placebo complémentaire à son effet thérapeutique, ceci a été démontrée. 
Nous entrons là dans le fonctionnement, très complexe, du cerveau (cortex, endomorphines) dont la médecine est loin d’appréhender tous les mécanismes même si certaines études commencent à en mettre en évidence le fonctionnement.
 
Par curiosité, voir aussi les deux rubriques de M. Winckler passées sur France Inter il y a quelques années. 
 
Allons plus loin : quid de l’effet ‘subjectif’ de l’homéopathie dans le monde animal ?  
Nous connaissons une agricultrice, éleveur en BIO de vaches à viande et de moutons, qui utilise ce traitement pour ses bêtes, avec succès d’après ses observations. Ce n’est pas la seule. 
Comment un animal peut-il faire la différence entre des granulés et un peu de foin ? Les spécialistes parlent de conditionnement, certes involontaire.  
Plus de 200 études ont été menées sur les animaux. Dans les quelques exemples où une équipe de recherche avait essayé de reproduire les travaux d’une autre, soit les résultats étaient négatifs, soit la méthodologie était douteuse (voir abstract).

A ce stade il est difficile de d’affirmer que l’homéopathie ne peut pas être un placébo car elle marche sur les animaux. 
En attendant d’autres études sur l’homme voire sur les animaux, il est de plus en plus tendancieux d’affirmer qu’il ne s’agit pas d’un efficace effet placebo … 

Après tout profitons au mieux de cet effet bénéfique !
Petit revers de la médaille, cette utilisation à un cout (CA > à 300 millions €/an), même si ces traitements sont relativement bon marché pris individuellement.
La Sécurité sociale continue à rembourser les médicaments homéopathiques (taux en baisse).
L'homéopathie est très utilisée en Europe [cette thèse de 2014 présente une intéressante étude comparée mais sans regard critique sur ses fondements] et est prise en charge dans de nombreux pays.

J'imagine que décider de produire une 'fausse' homéopathie encore meilleure marché lui ferait perdre cet effet placebo dans le mesure où le patient saurait justement .... de quoi il retourne !
timbre commémoratif du centenaire de l'homéopathie
Une parenthèse. Vu de loin, le quidam pourrait faire l’identité vaccination ~ homéopathie.  

Il n’en est rien :  
- la vaccination est une prévention et non un thérapie. Elle consiste à faire reconnaitre par le système immunitaire un micro organisme précis en mettant en contact l'organisme avec de très faibles doses de virus ou de bactéries, rendus inoffensifs 
- l’homéopathie utilise le principe de similitude : soigner le malade avec la substance qui provoque les mêmes symptômes chez un individu sain. Ici la substance n'a rien à voir avec la bactérie ou le virus en cause. Pourquoi d’ailleurs l'organisme réagirait positivement à une seconde intoxication alors que la première le rend malade … 
 
Ce qui différencie encore plus les deux pratiques se situe dans le nombre. 
Pour que le système immunitaire reconnaisse un antigène, il faut évidemment qu'il entre en contact avec lui. Il faut donc une grande quantité de molécules, des millions. En homéopathie, c'est ε molécule, avec ε tendant vers 0. 

Pour conclure temporairement sur le sujet il faut rappeler qu’un grand nombre de médicaments dit conventionnels a aussi un effet placebo … 
↑ Haut de page ↑

Le 31.03.2015

Electro-sensibilité et Ondes Electromagnétiques

Si un sujet fait débat, c'est bien aussi celui-ci. 
Ce qui suit s'inspire de l'enquête publiée par Que Choisir.

Un petit rappel : le spectre des ondes électromagnétiques va des rayons X  et γ aux ondes radio et μ-ondes.
Longueur d'onde (λ) et fréquence (f en Herz) sont liées par la relation  λ=C/f, avec C = vitesse de lumière dans le vide 300000km/s.
Plus la fréquence est élevée, plus la longueur d'onde est petite.
Depuis sa création, la terre est soumise aux rayonnements très énergétiques venant de l'espace (soleil, cosmos) sous la forme de rayons ultra-violet, X et γ (très hautes fréquences).

Haute fréquence est synonyme de haute énergie : intuitivement on anticipe le caractère très pénétrant d'un rayonnement HFqui peut arracher un électron à un atome et est donc dommageable (risque pour les cellules). On parle de rayonnement ionisant, dont le seuil se situe à partir de 1015 Hz.
Cela c'est pour la physique.
Depuis 2 siècles les sources électromagnétiques créées pas l'homme ont explosé : téléphone portable, radio, TV.... mais il s'agit toujours du domaine des rayonnements non ionisants.
spectre des ondes électro-magnétiques
Aujourd'hui des personnes dites Electro-Hyper-Sensibilité affirment percevoir l'effet des ondes et en souffrir. Elles le font savoir à travers plusieurs Associations (Robin des toits, Criirem, Priartem, ...). Une pétition a même été lancée en 2012 pour la création de zones dites 'blanches', sans les sources de rayonnements incriminés, en l'occurence principalement portables, antennes-relais et Wi-Fi.

Problème : le débat avec les scientifiques est loin d'être serein !! C'est un peu le dialogue de sourd.
Beaucoup de rumeurs, d'informations tronquées, erronées, voires déformées. Qui ont conduit certains scientifiques à refuser maintenant le dialogue (insultes, menaces de mort). C'est un peu dommage.
Toute la difficulté réside dans le fait qu'il n'y a pas de diagnostique précis de cette maladie car les symptomes ressentis sont très divers (fatigue, maux de tête, insomnies, nausées, dépression, vertige ...).
D'un coté, des études en double aveugle ne donnent aucun résultat.
De l'autre, des personnes qui souffrent.
Les deux ne sont pas incompatibles : admettre la réalité d'une souffrance, se dire que ma douleur peut provenir d'une autre cause ?

Il va bien falloir examiner le sujet et mettre scientifiques et EHS autour d'une table pour lever le malentendu qui s'est installé. Le grand public a aussi besoin d'y voir clair..
Il y a urgence avant que des mesures, peut-être inadaptées, soient adoptées par le législateur.

Le colloque organisée en 2014 à l'Assemblée Nationale est loin d'avoir tenu ses promesses.
Qui pourrait tenir le role de coordinateur de ce débat : Corinne Lepage, Chantal Jouanno, Ségolène Royal ... ?
Je lance l'appel, je suis prêt à y participer.

↑ Haut de page ↑

Le 26.03.2015

Agriculture : vérité et mensonges
Prenons les devants : certes, le lecteur pourra me reprocher de ne pas être agriculteur, d'ailleurs espèce en voie de disparition –moins de 1% de la population française- mais rien ni personne ne peut m’empêcher de m’intéresser au sujet …  
 
Malgré toutes les affirmations de la FNSEA, le Grenelle de l’environnement (2008) est un échec pour ce qui est de l’objectif de réduction de moitié, en 10 ans, de l’usage des pesticides (voir le texte complet émanant du ministère de l’agriculture), certes avec une (im)précision de taille : ‘si possible’… 
Pourtant le document original contient 42 fois le mot ‘réduction’. 
En effet l’emploi des herbicides et autres insecticides n’a jamais été aussi élevé (+5% de 2009 à 2013, +9,2% en 2013 … !) dans les champs de la campagne française. Seuls, particuliers et collectivités ont fait un effort.  
Ce texte précise bien que ‘Les agriculteurs français, soucieux pour eux mêmes et conscients de leur rôle social se sont déjà engagés dans des démarches de progrès…’ !
Les effets nocifs sont pourtant connus et maintes fois démontrés (entre autres, Cf Le Monde, l'ASEF, ... ). 
L’ambition gouvernementale reste affichée mais, compte-tenu de ce piètre résultat, 7 années supplémentaires ont été accordées en janvier 2015 aux agriculteurs pour atteindre cet objectif, avec une étape intermédiaire à 25% pour 2020 (pour plus de détails voir le document pudiquement intitulé ‘les nouvelles orientations du plan’). 
 
Ce n’est pas tout à fait la pensée de Mr. X. Beulin, président de la toute puissante FNSEA pour qui, citons-le (interview pendant le salon de l'agriculture), ‘En matière de phyto, utiliser moins de produits n’est pas le sujet. En revanche, il faut intervenir sur la molécule. Nous ne nous contenterons pas d’une solution qui propose une réduction des volumes, ni qu’on nous dise : “la seule solution, c’est l’agroécologie”. Nous ne sommes pas d’accord’.
Qui, un peu plus loin n’hésite pas à ajouter : ‘Avec toutes les applications numériques, l’imagerie satellitaire, les drones, nous serons capables d’améliorer notre impact et d’apporter désherbants et fongicides sur les cultures à des doses infiniment moins importantes'
Au passage d’ailleurs, cette référence aux applications numériques, qui fait beaucoup rire, n’est là que pour dire : voyez, les agriculteurs sont aussi au top de la technique. Un peu de poudre aux yeux. 
 
Bref, de la provocation. Je recommande la lecture de l’article, édifiant, de reporterre.net sur Mr Beulin.
Désespérant même.
La confusion des genres y atteint son plus haut niveau. Certainement au détriment de l’intérêt de la majorité des agriculteurs qui ne connaissent pas cette vérité en détail.

Pour ne parler que d’elle, la PAC qui, encore en 2006, a bénéficié de près de 10 milliards d’euros d’aides directes à la branche. Avec ce paradoxe, 20 % d’exploitations les plus aidées touchaient 56 % des aides (voir le document de l’INSEE sur la répartition des aides dans le revenu des exploitation agricoles) 
Heureusement (?) révisée en 2014, avec un budget quand même préservé à hauteur de 9 milliards d’€, elle devrait être plus juste, en particulier pour les petites exploitations, plus soucieuse des enjeux environnementaux et tournée vers l’avenir … Avec Mr X. Beulin aux manettes ? 

↑ Haut de page ↑